A mi-chemin du premier quadrimestre, la pandémie gagnait de plus en plus de terrain. Le gouvernement belge et les autorités académiques ont alors placé l’enseignement supérieur en code rouge, c’est à dire en 100% distanciel.Comme lors du premier confinement, chacun d’entre nous a donc du s’adapter. Certains avec plus de facilité que d’autres. Si le virus nous a une fois de plus plongé dans un monde complètement virtuel, l’ICP y était mieux préparé.

Doté de la nouvelle plateforme de communication Smartschool depuis la rentrée académique, l’ICP a pu poursuivre sa mission d’enseignement grâce à la fonctionnalité de retransmission live du programme. La plupart des chargés de cours y étaient déjà formés et la seconde moitié du premier quadrimestre s’est finalement bien déroulée.

Cela dit, il faut admettre que les contacts sociaux ont une nouvelle fois cruellement manqué. Les nombreuses heures passées devant les écrans ont parfois entamé le moral des troupes et à juste titre! Confiné devant son PC, voilà le quotidien résumé d’un étudiant en 2020.

Pour permettre à ses étudiants de s’exprimer sur la situation, de faire part de ses difficultés mais surtout pour continuer à communiquer, l’ICP a réitéré ses réunions online « A votre Ecoute » à l’attention des étudiants mais aussi des chargés de cours, l’équipe pédagogique a organisé ces réunions toutes les 2 semaines et a pris le temps d’écouter pour mieux ajuster la suite du cursus en ligne.

Les plannings de cours ont été allégés, les travaux pratiques postposés, les examens hors session annulés et une semaine de révisions a été organisée. Ces mesures d’aide à la réussite ont nécessité de nombreux aménagements pour lesquels nous remercions l’ensemble du corps professoral qui a fait preuve d’empathie et de flexibilité.

A l’approche des examens, chaque professeur a également transmis ses consignes d’examens en précisant les modalités pratiques, la matière à étudier, les compétences à développer ainsi que la pondération exacte entre travail journalier et examen final.

Sauf avis contraire et nouvelles mesures, les examens de janvier auront lieu en présentiel, dans le respect strict des mesures sanitaires gouvernementales et académiques. Toute l’équipe de l’Institut Charles Péguy souhaite d’ores et déjà un bon blocus à tous les étudiants.

_______________________________________________________________________________

Malgré la contrainte des cours en ligne, il n’y a eu que très peu de problème. Et s’il devait y en avoir, nous n’avions qu’à crier « Diane » 3 fois et elle arrivait pour tout régler. Tous les professeurs se sont bien adaptés aux cours en ligne, même si pour certains, on ne voyait que leur front et qu’ils répétaient sans cesse « tu m’entends bien maintenant ?!».

Dans la plupart des cours on pouvait facilement intervenir et interagir avec le professeur ce qui est essentiel lors de cours en ligne. Un peu de difficultés pour les cours d’informatique car il fallait regarder le live, comprendre et appliquer presque en même temps ce que le professeur expliquait. Mais ils ont tout mis en place pour que l’on suive le cursus dans ces conditions particulières et ont même pris le temps d’organiser des révisions et des séances questions/réponses.

Nous avons également eu l’occasion d’avoir un rendez-vous individuel avec la directrice. Quel bonheur d’avoir une direction qui connaît le nom de ses étudiants et qui s’y intéresse. Quel plaisir de se sentir écouté et d’avoir une agréable conversation avec Madame Meessen. Quant à l’initiative d’un rendez-vous informel au « Papot’Café » , je  dois avouer qu’elle n’a malheureusement pas rencontré beaucoup de succès auprès des étudiants de 1ère année mais c’est promis, on va motiver les troupes pour les prochaines éditions !

Enfin, au nom de tous les étudiants de 1ère année, nous souhaitons adresser nos remerciements à toute l’équipe de l’Institut Charles Péguy pour son écoute, son aide, son encadrement et son organisation. En tant qu’étudiants de première année, cela nous a beaucoup rassuré à l’approche de ce premier blocus et de cette première session d’examens en école supérieure. Avec autant de mesures mises en place durant ce premier quadrimestre, c’est promis, les examens de janvier, on va les réussir !

Alexandre Lescot,  Etudiant de 1ère année (2020-2021)

_______________________________________________________________________________________

So What ?!

La pandémie perturbe l’enseignement depuis de nombreux mois et certains professeurs ont éprouvé des difficultés à adapter leurs cours. Adeptes de la pratique et de l’interaction, ils ont du se réinventer, trouver d’autres moyens pour accomplir leur mission et transmettre leur savoir.

Sans l’accroche visuelle comme baromètre de la compréhension des étudiants ou tout simplement comme élément permettant à un cours d’évoluer de manière différente selon son public, cette mission n’avait plus la même saveur et a parfois pris des allures peu épanouissantes.

Les étudiants, en mal de contacts sociaux, ont parfois perdu leurs repères dans l’espace temps mais également dans l’espace lieu. La chambre, est devenue un lieu multifonctionnel où l’on dort, où l’on se détend, où l’on travaille et où l’on suit de nombreuses heures de cours en ligne.

Si nous sommes tous d’accord pour dire que l’enseignement en présentiel ne doit plus jamais être considéré comme « non-essentiel », il faut néanmoins souligner que cette pandémie aura permis à l’Institut Charles Péguy de faire un bon en avant dans l’univers digital.

Et c’est également le cas pour certains secteurs dont le Tourisme qui, à l’avenir, se tournera d’avantage vers les nouvelles technologies pour mieux répondre aux attentes des clients, notamment en matière de conseils personnalisés.

Dès demain, lorsque nos étudiants seront plongés dans la vie professionnelle, ils auront une corde supplémentaire à leur arc : la communication professionnelle digitale. Et si comme certains le pensent, il s’agit de l’avenir, alors nos étudiants y seront largement préparés.

L’Institut Charles Péguy souhaite plus que tout retrouver ses étudiants et ses chargés de cours en présentiel mais n’écarte pas le fait d’intégrer le distanciel de manière ponctuelle et limitée dans ses futures méthodes d’enseignement.